STS-63 (02/1995) – Approche test

h2>INFORMATIONS

La navette spatiale Discovery est lancée le 3 février. C’est le premier vol d’une navette en cette année 1995. Le décollage était programmé pour le 2 février mais une défaillance d’un contrôleur électronique IMU (Inertial Measurement Unit), chargé de mesurer les rapports de vitesse et d’orientation sur l’orbiteur, contraint la Nasa à repousser le lancement de vingt quatre heures.

La mission STS-63 est marquée par la réalisation du premier rendez-vous (non-arrimé) avec la Station spatiale russe Mir dans le cadre du programme américano-russe « Shuttle-Mir », débuté un an plus tôt lors de la mission STS-60. L’objectif principal est d’accomplir un rendez-vous et de voler autour de la station Mir, afin de vérifier les techniques de vol, les interfaces de communication et les capteurs d’aide à la navigation, de procéder à des analyses liées à la proximité d’opérations entre Mir et la navette, en préparation de la mission d’arrimage STS-71.
L’équipage se compose de six membres dont le cosmonaute russe Vladimir G. Titov et l’astronaute américaine Eileen Collins, première femme pilote à bord de la navette spatiale.

Dès le début de la mission, le commandant James D. Wetherbee allume les moteurs d’appoint pendant 39 secondes afin de placer Discovery sur une trajectoire d’interception avec la Station spatiale russe Mir. Assez rapidement, on constate certaines anomalies sur les moteurs de propulsion RCS (Reaction Control System) de la navette. Afin de ne pas prendre le risque d’endommager la Station Mir, il est décidé de conserver une distance de sécurité de 120 mètres. Finalement après un important échange d’informations techniques entre les équipes américaines et russes, Discovery s’approche à 10 mètres de la Station russe.
« De la même façon que nous rapprochons nos deux vaisseaux spatiaux, nous rapprochons nos deux Nations. La prochaine fois, nous nous serrerons la main et nous mènerons notre monde dans le prochain millénaire » déclara le commandant américain Wetherbee au point de rapprochement maximal. « Nous sommes un. Nous sommes des êtres humains » lui répondit le commandant Alexander Viktorenko, commandant de la Station Mir. De son côté, le cosmonaute Titov depuis Discovery communiqua avec enthousiasme avec ses trois compatriotes russes.
Quelques temps plus tard, la navette s’éloigna d’environ 122 mètres pour effectuer une manoeuvre de contournement de la Station Mir pendant laquelle des prises de vue du vaisseau russe purent être réalisées . L’équipage de ce dernier n’a signalé aucune vibration ou mouvement des panneaux solaires lors du « rendez-vous ».

Hormis cette étape importante dans le programme « Shuttle-Mir », l’équipage a exploité le laboratoire Spacehab-3. Ce module scientifique installé dans la soute de Discovery, permettant ainsi d’agrandir considérablement l’espace de travail et de stockage de l’équipage, est le troisième de sa série après STS-57 en juin 1993 et STS-60 en février 1994. Une vingtaine d’expériences furent menées principalement en sciences des matériaux et en biotechnologie. Durant ces mesures, un dispositif expérimental robotisé nommé « Charlotte » pris en charge quelques tâches simples comme le changement d’échantillons, réduisant ainsi la charge de travail de l’équipage.

Les six membres d’équipage ont aussi déployé ODERACS-II (Orbital Debris Radar Calibration System-II) permettant de caractériser l’environnement des débris orbitaux de moins de dix centimètres et SPARTAN-204, système d’observation ultraviolet permettant l’étude de la composition gazeuse de l’espace profond.
SPARTAN-204 a effectué un vol libre de près de 40 heures avant d’être récupéré et réinstallé dans la soute de Discovery.

Au cours du vol, les astronautes Mickael Foale et Bernard A. Harris Jr. ont réalisé une sortie spatiale de 4 heures et 39 minutes durant laquelle, ils ont pu répéter les techniques d’assemblage de la future Station Spatiale Internationale notamment en manoeuvrant dans l’espace les 1134 kg de SPARTAN-204.
Les deux astronautes ont aussi testé des modifications apportées à leurs combinaisons spatiales afin de les maintenir au chaud dans le froid de l’espace. Mais lors d’un passage dans la nuit orbitale, ils ont indiqué ressentir un froid extrême. De ce fait, la sortie extravéhiculaire du être écourtée. Lors de cette dernière, l’astronaute Harris devint le premier afro-américain à marcher dans l’espace.

 

DONNÉES

  • Navette spatiale: Discovery
  • Date de lancement: 3 Février 1995
  • Heure: 05:22:03 UTC
  • Site: Pas de tir 39B, Kennedy Space Center, FLORIDE
  • Date d’atterrissage: 11 Février 1995
  • Heure: 11:50:19 UTC
  • Site: Piste 15, Kennedy Space Center, FLORIDE
  • Durée de la mission: 8 jours, 6 heures, 28 minutes, 15 secondes
  • Orbites: 129
  • Altitude orbitale: 394 kilomètres
  • Inclinaison orbitale: 51,6 degrés
  • Distance parcourue: 4 816 454 kilomètres
  • Charge utile: SPACEHAB-3 (Biotechnologies et sciences des matériaux)
  • SPARTAN-204 (Observation milieu interstellaire)
  • ODERACS-II Orbital Debris Radar Calibration System-II (Détection des débris orbitaux)
  • SSCE Solid Surface Combustion Experiment (Combustion en microgravité)
  • AMOS Air Force Maui Optical Site (Suivi optique militaire)
  • GLO-2 Shuttle Glow (Etude environnement lumineux de la navette spatiale)
  • IMAX (Caméra à grand format d’image)
  • Total de la charge utile : 8708 kg

 

ÉQUIPAGE

  • Composante: 2 femmes et 4 hommes
  • Commandant: James D. Wetherbee – Etats Unis
  • Pilote: Eileen M. Collins – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: C. Michael Foale – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Janice E. Voss – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Dr. Bernard A. Harris – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Vladimir G. Titov – Russie