STS-126 (11/2008) – Vol ULF2 – Logistique

INFORMATIONS

La navette spatiale Endeavour décolle le 15 novembre à 00:55 UTC. Le lancement n’a supporté aucun report. À bord de la navette, les sept membres d’équipage ont pour objectif des opérations de réparation et de logistique pour la Station Spatiale Internationale. De plus, le vol doit servir à relever Gregory Chamitoff de son poste à bord de l’ISS. C’est Sandra Magnus qui le replacera.

Les inspections du bouclier thermique interviennent dès les premières heures de vol. A cet effet, la perche d’inspection OBSS (Orbiter Boom Sensor System) est reliée à l’extrémité du bras télémanipulateur RMS afin d’opérer une observation de la carlingue d’Endeavour. Seule une anomalie est repérée sous le propulseur d’appoint gauche, mais l’avarie est jugée dans un premier temps sans incidence pour le retour. Une étude plus poussée sera conduite plus tard dans la mission.

L’amarrage entre la navette et la Station Spatiale Internationale intervient le 16 novembre à 21:01 UTC. Les écoutilles sont ouvertes deux heures plus tard permettant aux deux équipages de se saluer chaleureusement. L’astronaute féminine Sandra Magnus découvre à bord de la Station spatiale, ses nouveaux coéquipiers ainsi que son nouvel environnement de vie et de travail. Elle va rester quatre mois à bord de l’ISS, son vol de retour sera STS-119 en mars prochain. De son côté, l’astronaute Gregory Chamitoff met fin à un séjour spatial de six mois.

Dans la soute d’Endeavour a pris place le module logistique multi-usages Leonardo. C’est le cinquième vol pour ce module pressurisé fabriqué par Thales Alenia Space en Italie. Lors des opérations conjointes, il doit être amarré sur le Node 2 afin de transférer plusieurs tonnes de matériel, dont des nouvelles toilettes et tout le nécessaire permettant prochainement à la Station de passer de trois à six membres d’équipage. A la fin des opérations, Leonardo est réinstallé dans la soute d’Endeavour pour son retour sur Terre. Hormis le programme logistique, l’équipage de la navette doit assurer l’installation d’un système permettant la distribution d’ammoniac à l’extérieur de la Station orbitale ainsi que le remplacement d’un réservoir d’azote NTA. Les quatre sorties spatiales prévues permettront également d’intervenir sur le joint SARJ, qui donne du fil à retorde aux ingénieurs de la Nasa depuis la mission STS-120.

La première EVA débute à 18:09 UTC le 18 novembre, elle est réalisée par Stefanyshyn-Piper et Bowen. Lors des 6 heures et 52 minutes de marche spatiale, les astronautes décrochent l’ancien réservoir d’azote NTA (Nitrogen Tank Assembly) de son emplacement provisoire et le range dans la soute de la navette. Ils commencent l’installation du système d’ammoniac FHRC (Flex Hose Rotary Coupler) sur la plateforme extérieure de stockage ESP-3 et entament les premières réparations sur le joint SARJ (Solar Alpha Rotary Joints) localisé sur la poutre S3. Munis d’un pistolet à graisse, les astronautes nettoient et lubrifient les systèmes de roulement à billes des deux anneaux métalliques constituant en partie le joint SARJ. Cette réparation est très importante car les joints en question rentrent dans la composition du dispositif qui oriente les panneaux solaires de l’ISS vers le Soleil. La sortie spatiale permet aussi d’ôter des protections thermiques sur le système d’amarrage avant du module japonais Kibo ainsi que de démonter une caméra vidéo. L’EVA prend fin à 01:01 UTC le 19 novembre.

Simultanément à ces activités extravéhiculaires, le travail à l’intérieur de la Station n’a pas faibli. Le transfert de matériel depuis Leonardo a débuté. Deux baies d’expériences ont été transférées au laboratoire Destiny ainsi que deux cabines individuelles et un système de recyclage des eaux usées appelé WRS (Water Recovery System). La deuxième EVA est pour le lendemain.

Stefanyshyn-Piper et Kimbrough commencent l’EVA numéro 2 le 20 novembre à 17:58 UTC. L’objectif est de relocaliser les deux chariots mobiles CETA (Crew and Equipment Translation Aid) sur le côté bâbord du segment S1 afin qu’ils ne gênent pas les opérations d’assemblage de la poutre S6 prévues au programme de la prochaine mission STS-119. Les astronautes continuent aussi les opérations de démontage, nettoyage et graissage du joint SARJ. Le travail à l’extérieur de la Station orbitale prend fin après 6 heures et 45 minutes.

Une troisième sortie spatiale est réalisée le 22 novembre. La veille, des manoeuvres de rehaussement d’orbite ont été effectuées afin de faire gagner à l’ISS plus de deux kilomètres d’altitude. Lors de cette EVA, les astronautes Stefanyshyn-Piper et Bowen ont pour directives de se consacrer exclusivement aux opérations de maintenance du joint SARJ, opérations qu’ils conduiront durant 6 heures et 57 minutes de sortie spatiale.

Le lendemain, à l’intérieur de l’ISS, les deux équipages interviennent sur les nouvelles toilettes qui ne semblent pas fonctionner normalement et sur un boitier d’amarrage montrant des signes de dysfonctionnement dans le module russe Zvezda.

L’EVA numéro 4 intervient le 24 novembre à 18:24 UTC. Bowen et Kimbrough réalisent lors de cette dernière sortie des opérations de prévention sur l’autre joint SARJ afin qu’il ne manifeste pas les mêmes anomalies que son homologue du segment S3 et mettent fin aux interventions sur le SARJ récalcitrant. La caméra vidéo ETVCG (External Television Camera Group) est récupérée à l’intérieur du sas de décompression Quest puis réinstallée sur la section P1 afin de fournir des images lors de l’arrivée du vaisseau ravitailleur japonais HTV l’année prochaine. Bowen travaille de nouveau sur le module Kibo, il rétracte manuellement un verrou d’amarrage EFBM (Exposed Facility Berthing Mechanism) et remet en place une couverture thermique puis se dirige sur le module ELM-PS du complexe japonais et y installe deux antennes GPS. Les deux astronautes regagnent le sas Quest après 6 heures et 7 minutes d’EVA.

Le « undocking » (désarrimage) intervient le 28 novembre à 14:47 UTC et met fin à près de douze jours d’opérations communes entre les deux équipages. Les objectifs de la mission ont été atteints, les transferts de matériel ont été effectués, l’astronaute Gregory Chamitoff a été relevé et a pris place à bord de l’orbiteur et surtout, le système d’orientation des panneaux solaires semblent montrer des signes de bon fonctionnement.

La navette spatiale Endeavour et son équipage réalisent deux jours de rotation autour de la Terre durant lesquels deux micro-satellites sont déployés pour l’armée. Ils retrouvent le plancher des vaches le 30 novembre. En raison des conditions météorologiques défavorables sur la Floride, l’atterrissage est provoqué sur la piste temporaire N°4 (la piste principale est à ce moment là en rénovation) de la base militaire d’Edwards en Californie.

 

DONNÉES

  • Navette spatiale: Endeavour
  • Date de lancement: 15 Novembre 2008
  • Heure: 00:55 UTC
  • Site: Pas de tir 39A, Kennedy Space Center, FLORIDE
  • Date d’atterrissage: 30 Novembre 2008
  • Heure: 21:25 UTC
  • Site: Piste 04, Base de l’USAF d’Edwards, CALIFORNIE
  • Durée de la mission: 15 jours, 20 heures, 30 minutes, 34 secondes
  • Orbites: 251
  • Insertion orbitale: 226 kilomètres
  • Rendez-vous: 350 kilomètres
  • Inclinaison orbitale: 51,6 degrés
  • Distance parcourue: 10 645 986 kilomètres
  • Charge utile: Leonardo MPLM Multi-Purpose Logistics Module (Module logistique multi-usages – 12 748 kg)
  • Satellites Picosats (Micro-satellites expérimentaux militaires – 57 kg)

 

ÉQUIPAGE

  • Composante aller: 2 femme et 5 hommes
  • Composante retour: 1 femme et 6 hommes
  • Commandant: Christopher J. Ferguson – Etats Unis
  • Pilote: Eric A. Boe – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Stephen G. Bowen – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Robert S. Kimbrough – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Heidemarie S.-Piper – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Donald R. Pettit – Etats Unis
  • ISS Expédition 18 (aller): Sandra H. Magnus – Etats Unis
  • ISS Expédition 18 (retour): Gregory Chamitoff – Etats-Unis