STS-133 (02/2011) – Vol ULF5 – Logistique

INFORMATIONS

La mission STS-133 était l’avant dernier vol du programme des navettes spatiales (hors vol éventuel de la mission STS-135), et le dernier vol de Discovery. L’orbiteur s’est élancé le 24 février 2011, à 21:53 UTC, depuis le Kennedy Space Center. On retiendra de cette mission les importants reports de lancement qu’elle a supporté.

En effet, le décollage initial était prévu le 1er Novembre 2010, mais raison de fuites d’hélium et d’azote constatées dans le système de propulsion de l’orbiteur le 29 octobre, d’irrégularités de tension sur les moteurs principaux observées les jours suivants, de conditions météorologiques instables sur le Kennedy Space Center et surtout de fissures sur le réservoir externe constatées à la suite de la manifestation de fuites d’hydrogène lors des opérations de remplissage le 5 novembre, le lancement a été reporté à fin novembre. Suit alors une autre série de reports, directement liés aux verdicts des réunions validant l’avancée des réparations et des tests effectués sur le réservoir externe. Le 14 décembre, les gestionnaires de la Nasa décident de ramener Discovery au VAB (Vehicle Assembly Buiding), afin de poursuivre dans les meilleures conditions possibles, les réparations sur les fissures localisées sur la zone intertank du réservoir principal externe. Après son séjour dans le VAB, la navette spatiale est repositionnée le 1er février sur le pad de tir 39A du Kennedy Space Center, le lancement est programmé pour le 24 février 2011. A cette date enfin, Discovery décolle impeccablement.

A bord de l’orbiteur ont pris place six membres d’équipage. L’astronaute Stephen G. Bowen a remplacé le 19 janvier son collègue Tim Kopra. Initialement prévu sur la mission, Kopra a été victime un mois avant le lancement d’une fracture de la hanche lors d’une sortie en vélo.

La mission STS-133, référencée ULF-5 dans la liste des vols à destination de l’ISS, est une mission logistique. A l’intérieur de la soute de Discovery a pris place le module Leonardo PMM (Permanent Multipurpose). Rempli de différents matériels et fournitures pour la Station Spatiale, Leonardo doit être amarré de façon définitive à l’ISS, augmentant ainsi de façon significative l’espace pressurisé disponible à bord du complexe orbital. De plus, une palette extérieure de stockage de pièces détachées ELC-4 (Express Logistics Carrier-4), doit être installée à l’extérieur de la Station spatiale.

Mais la charge utile vedette de cette mission est sans nul doute le robot humanoïde Robonaut 2. Robonaut 2, ou R2, a été élaboré conjointement par la NASA et par la société General Motors en vertu d’un accord de coopération pour développer un assistant robotisé pouvant travailler aux côtés des humains, qu’ils soient astronautes dans l’espace ou travailleurs dans les usines de fabrication de General Motors sur la Terre. Le robot R2 d’environ 140 kg, se compose d’une tête et d’un torse avec deux bras et deux mains. Une fois à bord de la Station Spatiale Internationale, les ingénieurs doivent contrôler la manière dont le robot fonctionne en apesanteur. R2 sera limité à des opérations dans le laboratoire Destiny de la Station. Toutefois, des améliorations futures et des modifications pourront lui permettre de se déplacer plus librement à l’intérieur de l’avant poste orbital ou à l’extérieur du complexe. La mission STS-134 programmée en avril 2011, doit s’occuper de sa mise en oeuvre.

Après une course poursuite de deux jours, la navette spatiale Discovery réalise son amarrage à la Station spatiale Internationale le 26 février à 19:14 UTC. Les écoutilles entre les deux vaisseaux sont ouvertes deux heures plus tard, permettant à l’équipage de l’Expédition 26 d’accueillir à l’intérieur de l’ISS, leurs collègues de la mission STS-133. Le coup d’envoi des opérations communes est lancé.

Dès le lendemain, la palette de stockage ELC-4 est fixée à son emplacement sur la poutre S3 de l’ISS. La manoeuvre est assurée par les binômes Nicole Stott/Michael Barratt et Eric Boe/Alvin Drew, respectivement aux commandes des bras robotisés Canadarm2 de l’ISS, et RMS de la navette. ELC-4 est une plate-forme conçue pour soutenir des charges utiles externes montées sur la Station spatiale internationale. Elle a été développée conjointement par le Goddard Space Flight Center de la Nasa et par la Société Remmele Engineering, basée à Minneapolis. Elle pèse 3700 kg. Ce jour là, est aussi opéré le transfert de fret divers entre la navette et Station spatiale.

Le 28 février à 15:46 UTC, la première des deux sorties spatiales prévues commence. Les astronautes Stephen Bowen et Alvin Drew ont pour mission l’installation d’un câble d’extension appelé J612, destiné à l’alimentation du module Leonardo. De plus, ils doivent relocaliser une pompe à liquide de refroidissement défectueuse sur un emplacement protégé, situé sur la palette de stockage ELC-2, en attendant son retour éventuel sur Terre pour examen. Ils opéreront aussi l’instalation d’une extension vidéo sur le segment S3, afin de prendre en compte la fixation récente de la palette ELC-4. Enfin, une expérience appelée « Message in the bottle », initiée par des scientifiques japonais et visant à emprisonner du « vide spatiale », doit être réalisée. L’intégralité de ce programme a été mené sans encombre, si ce n’est un petit problème de caméra de casque en début d’EVA. A 22:20 UTC, les deux astronautes rejoingnent le sas Quest après 6 heures et 34 minutes de sortie spatiale.

Le 2 mars, débute la deuxième EVA. La veille le module PMM Leonardo a été extrait de la soute de Discovery par Mike Barratt et Nicole Stott, aidés du bras Canadarm2, et installé de façon définitive sur le noeud de jonction Unity.
La sortie spatiale a pour but la finalisation des opérations de relocalisation de la pompe défectueuse. La manoeuvre est particulièrement délicate puisqu’il s’agit d’évacuer vers le vide spatial un surplus d’ammoniac, en prenant garde que ce liquide toxique ne vienne pas contaminer la combinaison de l’astronaute Alvin Drew, chargé de cette mission. Le programme de l’EVA doit permettre aussi d’ôter des couvertures thermiques sur la plateforme ELC-4, de rapatrier dans la soute de Discovery une expérience européenne qui demeurait à l’extérieur du module Columbus, d’assurer notamment la mise en place d’un éclairage sur le chariot mobile CETA, de mener l’installation d’une isolation sur une ligne fluidique de radiateur externe, et d’apposer un cache objectif sur la caméra du robot Dextre. Les deux marcheurs de l’espace effectuent ce programme de façon optimale. Le sas de décompression Quest se referme derrière eux à 21:56 UTC. Débutée à 15:42 UTC, cette deuxième et dernière sortie spatiale a duré 6 heures et 14 minutes.

Dans l’intervale de ce planning, les gestionnaires au sol ont annoncé aux astronautes de STS-133, que la mission était prolongée de deux jours. Cette extention doit permettre d’effectuer dans les meilleures conditions possibles les opérations de mise en oeuvre du module Leonardo, et l’exécution du transfert de fret qui y est attaché. De plus, l’ensemble des deux équipages ont pu converser quelques minutes avec le président Barack Obama, qui les a assuré de son soutien et de son admiration au nom du peuple américain.

Le 7 mars à 12:00 UTC, la navette spatiale se déconnecte de la Station Spatiale Internationale. L’intégralité du programme a été réalisé. Aussitôt le désarrimage effectué, les occupants de Discovery réalisent une importante moisson de photographies de l’ISS. En effet, pas moins de trois ravitailleurs spatiaux automatisés, de trois nationalités différentes (Russie, Japon et Europe), y sont amarrés. A cela s’ajoute le module permanent PMM Leonardo. Avec l’arrimage de l’orbiteur, c’était l’unique fois que l’avant poste orbital connaissait une telle configuration.

Après une inspection du bouclier thermique via le bras robotisé de la navette, les astronautes entament les opérations de préparation de désorbitation.

Le 9 Mars 2011, la navette spatiale Discovery réalise à 16:57 UTC, un superbe atterrissage sur la piste du Kennedy Space Center. Après une carrière débutée en 1984 lors de la mission STS-41D, le plus ancien des orbiteurs clôture ainsi 27 ans de carrière, 365 jours de temps cumulé dans l’espace et 238 millions de kilomètres parcourus.

 

DONNÉES

  • Navette spatiale: Discovery
  • Date de lancement: 24 Février 2011
  • Heure: 21:53:24 UTC
  • Site: Pas de tir 39A, Kennedy Space Center, FLORIDE
  • Date d’atterrissage: 9 Mars 2011
  • Heure prévue: 16:57:17 UTC
  • Site: Piste 15, Kennedy Space Center, FLORIDE
  • Durée de la mission prévue: 12 jours, 19 heures, 3 minutes, 53 secondes
  • Orbites: 202
  • Insertion orbitale: 225 kilomètres
  • Rendez-vous: 351 kilomètres
  • Inclinaison orbitale: 51,6 degrés
  • Distance parcourue: 8 536 190 kilomètres
  • Charge utile: MPLM Leonardo Multi Purpose Logistics Module – Leonardo (Module logistique multi-usages – 4387 kg)
  • ELC-4 Express Logistics Carrier-4 (Plateforme extérieure de matériels – 3735 kg)
  • Robonaut2 (Expérimentation d’aide au travail spatial – 140 kg)

 

ÉQUIPAGE

  • Composante: 1 femme et 5 hommes
  • Commandant: Steven W. Lindsey – Etats Unis
  • Pilote: Eric A. Boe – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Stephen G. Bowen – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Michael R. Barratt – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Nicole Stott – Etats Unis
  • Spécialiste de mission: Alvin Drew – Etats Unis